Les erreurs à éviter en estimant la valeur de votre bien

Interieur design

Il est normal de vouloir vendre son bien le plus cher possible quand on le met sur le marché. Cependant, le surévaluer peut vous causer de nombreux problèmes et même vous faire perdre de l’argent. Cet article recense des statistiques et des conseils à garder en tête dans le procédé d’évaluation de votre bien.

La relation prix-achat

Des statistiques démontrent qu’il y a une corrélation directe entre la surévaluation d’un bien et son comportement sur le marché de l’immobilier. Si les deux premières semaines sur le marché ne vous amènent aucune visite, alors il faut inévitablement se dire que le bien est trop cher et revoir son prix à la baisse. Comme l’indique l’infographie ci-dessous, un bien surévalué à 15% va éliminer 80% des acheteurs potentiels.  Si vous obtenez plusieurs visites dans les premières semaines, mais aucune offre,vous pouvez dès lors supposer que la maison est légèrement trop chère et que le prix devrait être ajusté.

Dans un marché actif avec une maison à bon prix, vous pouvez vous retrouver dans une situation d’offre multiple et obtenir plusieurs demandes d’achats simultanément. 

© Infographie par L Sphere Corporate

L’une des choses que les agents immobiliers entendent souvent de la part des vendeurs de biens, c’est “ je ne suis pas pressé, je peux attendre que quelqu’un accepte de payer le prix le plus haut ”. « J’ai beaucoup de temps pour vendre et je peux attendre. » « Je peux toujours réduire mon prix plus tard. » Ce que beaucoup ces vendeurs ne parviennent pas à comprendre, c’est qu’en immobilier, le temps est votre ennemi.

La première question que chaque acheteur se pose lorsqu’il développe un réel intérêt pour la propriété est « depuis combien de temps cette maison est-elle sur le marché? ». Lorsque les semaines sur le marché sont élevées, les acheteurs vont directement se demander : “Quel est le problème avec ce bien? Pourquoi personne d’autre n’a fait d’offre?” 

Les acheteurs vont inconsciemment avoir le sentiment qu’ils peuvent négocier car la maison semble invendue, ils vont donc avoir cette sensation d’avantage sur le vendeur. C’est dû à la nature humaine et c’est un processus de pensée très commun. C’est pourquoi le temps que passe votre bien sur le marché ne vous est pas favorable.  

En bref : plus une maison reste longtemps sur le marché, plus le prix baissera par rapport au prix initial. Ne courez pas après le marché.

6 signes évidents qu’il faut revoir votre pricing

Au cas où vous n’étiez pas encore convaincu des bienfaits d’un pricing raisonnable, voici six raisons simples de réduire le prix de votre bien, à votre avantage.

1. Il y a peu de visites

Le moment où votre bien suscitera le plus d’intérêt, c’est juste après sa mise sur le marché, car les acheteurs veulent saisir la meilleure offre. Si votre agent immobilier signale qu’il y a moins d’acheteurs qui appellent et demandent de visiter votre maison qu’il n’y en a eu pour d’autres maisons dans votre région, cela peut être un signe que les acheteurs pensent qu’elle est hors de prix et attendent que le prix chute avant de venir la visiter.

2. Il y a beaucoup de visites mais peu d’offres 

Si vous avez fait 20 visites d’acheteurs potentiels et n’avez pas obtenu d’offre, quelque chose ne va pas. Passez votre annonce en revue et questionnez vos choix. Un prix trop élevé peut décourager les acheteurs de faire une offre.

3. Votre maison est sur le marché depuis plus longtemps que les biens similaires

Demandez à votre agent immobilier le nombre moyen de jours qu’il faut pour vendre une maison correspondant aux caractéristiques de la vôtre. Si la réponse est 30 et que vous êtes déjà à 45, votre prix peut en être la cause. Quand une maison stagne sur le marché, les acheteurs peuvent commencer à se demander s’il y a quelque chose qui ne va pas, ce qui peut retarder une vente encore plus longtemps. 

4. Vous avez une deadline 

Si vous avez à vendre bientôt en raison d’un changement d’emploi ou que vous avez déjà acheté une autre maison, il est peut-être nécessaire de générer l’intérêt de l’acheteur en baissant votre prix de sorte que votre maison soit un peu moins chère que les maisons comparables dans votre région. N’oubliez pas : ce n’est pas le montant d’argent dont vous avez besoin qui détermine le prix de vente de votre maison, c’est le montant d’argent qu’un acheteur est disposé à dépenser.

5. Vous ne pouvez pas faire de rénovations

Certains vendeurs n’ont pas les fonds pour mettre de la peinture fraîche sur les murs, vernir le parquet, et donner un aspect plus frais à leur bien. Votre maison n’est, dès lors, peut-être pas aussi bien équipée que des maisons du même prix. Si votre maison est sur le marché depuis plus longtemps que des maisons comparables en meilleur état, il est temps d’accepter que les acheteurs s’attendent à payer moins pour une maison qui ne paraît pas aussi soignée que d’autres.

6. La compétition a évolué 

Si les semaines passent sans offre, continuez à surveiller la concurrence. Quels biens comparables ont été vendus? Qu’est-ce qui est toujours sur le marché? Quelles nouvelles annonces ont été ajoutées depuis que vous avez posté la vôtre? Si des ventes comparables ou de nouvelles inscriptions montrent que votre prix est trop élevé, envisagez une réduction de prix.

Faites les bons choix dès le début.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Inscrivez-vous à la Newsletter L Sphere